Les mauvais arguments pour

Les partisans du gaz de schiste, derrière lesquels se cachent bien souvent les lobbys pétroliers, mettent en avant différent arguments en faveur de son exploitation en France et dans le monde. Ces pages ont pour objectif de disséquer ces arguments pour comprendre en quoi ils relèvent bien souvent de l’approximation, de la prise de risque inconsidérée, parfois de la malhonnêteté intellectuelle.

Trois thèmes phares sont chers aux lobbys pétroliers pour défendre le gaz de schiste et constituent autant de leurres à destination du grand public.

Le premier est d’ordre géopolitique et vise à faire retrouver à la France son indépendance énergétique par rapport aux pays producteurs de gaz naturel. Le gaz de schiste serait une production nationale qui permettrait de nous affranchir du joug des producteurs, forcément animés d’intérêts contraires aux nôtres.

Le second est d’ordre écologique et tend à faire croire que l’exploitation du gaz de schiste est moins nocive à l’environnement que celle des autres sources d’énergies comme le fioul, le charbon ou encore le nucléaire. Un argument sous-tendu par une série d’omissions souvent grossières, en particulier concernant les émissions de méthane.

Le troisième est d’ordre économique.Le gaz de schiste serait notre ultime recours pour la croissance dans une économie dont la compétitivité a été laminée par des années de mauvaise gouvernance politique. La production de gaz de schiste permettrait de faire baisser les prix du gaz et de donner une bouffée d’oxygène à la compétitivité industrielle, voire d’entraîner une vague de relocalisation des activités gazo-intensive.

A propos de l'auteur

Un article d'. Passionné de montagne et de nature, Edouard est un acteur engagé (et enragé) de la lutte contre le gaz de schiste.