Pourquoi lutter contre le gaz de schiste ?

La première raison de s'opposer au développement de l'exploitation de gaz de schiste est d'ordre environnemental. Non seulement le gaz de schiste est une fausse bonne idée puisqu'il nous détourne de l'objectif fixé pour réussir la transition énergétique mais la prolifération de puits de gaz de schiste constitue une menace directe pour l'environnement. Il a été démontré que la fracturation hydraulique pouvait avoir des conséquences graves sur l'écosystème :

  • Une contamination des nappes phréatiques par des fuites de produits toxiques et nocifs pour l'environnement et une contamination des eaux de surface. Aucune solution acceptable n'existe aujourd'hui pour le traitement des eaux contaminées par les produits chimiques utilisés dans l'extraction du gaz.
  • Un taux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère accru liés à des fuites de l'ordre de 9% de la production totale.
  • Une très intense consommation d'eau, dans des régions où cette ressource est parfois rare.
  • Des paysages ravagés par l'exploitation et des risques sismiques en raison d'un sous-sol fragilisé par la fracturation hydraulique.

schema-explicatif

Pour ces différentes raisons, en 2012, la Commission Européenne a expliqué son hostilité à la fracturation hydraulique en se basant sur la conclusion d'un rapport qui relève que l'empreinte écologique de l'extraction d'un gaz non conventionnel comme le gaz de schiste était supérieur à l'exploitation de gaz traditionnel.

Par ailleurs, l'exploitation du gaz de schiste repose sur un business model douteux. En effet, la réussite des exploitations américaines trouve racine dans les subventions accordées par le gouvernement fédéral aux opérateurs. De plus, l'Europe n'a pas les mêmes atouts que les Etats Unis en matière de réserves de gaz, de concentration de population et d'infrastructures.

A propos de l'auteur

Un article d'. Passionné de montagne et de nature, Edouard est un acteur engagé (et enragé) de la lutte contre le gaz de schiste.