Les personnalités contre l’exploitation du gaz de schiste

Nathalie Kosciusko-Morizet

La ministre de l’Environnement UMP de l’époque Nathalie Kosciuscho-Morizet a porté la loi sur « l'interdiction de l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique », votée à l’Assemblée en juillet 2011. La majorité UMP s’était alors heurtée aux députés socialistes qui avaient voté contre la mesure qui correspondait selon eux à un « recul ». Nathalie Kosciusko-Morizet a jugé « inenvisageable et inacceptable » en France une exploitation à l’américaine du gaz de schiste, mettant notamment en avant l’impact sur les paysages. En août 2012, NKM avait accusé le gouvernement socialiste et ses alliés écologistes de réfléchir à revenir en arrière sur la question du gaz de schiste.

François Hollande

L’un des grands moments du débat français sur le gaz de schiste a été l’intervention télévisée de François Hollande le 14 juillet 2013. Enfin, le Président de la république a adopté une position dépourvue de toute ambigüité en déclarant « tant que je suis président, il n’y aura pas d’exploration de gaz de schiste ». En choisissant de parler d’exploration, et non d’exploitation, François Hollande a clos le dossier pour la durée de sa mandature, en fermant la porte à toute recherche ou expérimentation. Toutefois, des débats s’en sont suivis pour savoir si la langue de François Hollande n’avait pas fourché en prononçant exploration à la place d’exploitation !

Nicolas Sarkozy

En octobre 2011, Nicolas Sarkozy a abrogé les permis d’exploration accordés l’année d’avant à quelques industriels du gaz de schiste sur le territoire français, citant les dangers de la fracturation hydraulique. Toutefois, le Président de la république a commencé par laisser la porte ouverte aux recherches et expérimentations pour trouver des solutions alternatives permettant de respecter l’environnement. Finalement, la loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011 visant à interdire l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique, votée sous sa mandature, a eu pour effet d’interdire tout projet de recherche utilisant cette technique.

Philippe Martin

Ministre de l’Environnement remplaçant Delphine Batho, Philippe Martin est monté en première ligne face à Arnaud Montebourg qui imaginait créer une société publique pour l’exploitation d’un gaz de schiste bientôt devenu « écologique » grâce au progrès technologique. En réponse, Philippe Martin a affirmé que « la question de l’exploitation écologique du gaz de schiste ne se pose pas » et que sa mission est de « conduire la transition écologique et énergétique ». Une première passe d’armes plutôt réussie de Philippe Martin avec son collègue du Redressement productif connu pour son tempérament provocateur.

José Bové

José Bové, figure altermondialiste et député européen d’Europe Ecologie Les Verts, a toujours manifesté son opposition à l’exploitation du gaz de schiste, en particulier pour éviter d’aggraver le réchauffement climatique. José Bové s’est aussi engagé via une lettre ouverte dans le soutien des paysans polonais du village de Zurawlow mobilisés pour y stopper les activités de la compagnie pétrolière Chevron.

A propos de l'auteur

Un article d'. Passionné de montagne et de nature, Edouard est un acteur engagé (et enragé) de la lutte contre le gaz de schiste.